Après le pourvoir contre la décision de la chambre d’accusation : La Cour suprême libère Anjorin

Publié le par L'informateur

Le dossier relatif à l’arrestation du président de la Fédération béninoise de football vient de connaître un nouveau rebondissement. Soit environ deux mois après le dernier. La Cour suprême a prononcé le lundi 12 décembre 2011 la libération provisoire de Anjorin Moucharafou. Depuis ce mardi, l’homme est désormais libre de ses mouvements pour s’occuper de la gestion du sport roi dans ce pays. La Cour suprême vient ainsi d’aller dans la même direction que la chambre d’accusation de la Cour d’appel de Cotonou, donnant raison à dame Victorine Sossounhounto assistée de Aïshatou Soulémane Touré et Isabelle Sagbohoun.

Pour rappel, le lundi 17 octobre 2011, la chambre d’accusation a prononcé la libération provisoire et sans caution de M. Anjorin Moucharafou. Mais le procureur général avait formé un pourvoir en cassation contre la décision. Le parquet s’est opposé donc à la libération provisoire accordée au prévenu. Tout comme ce dernier avait fait appel contre le juge d’instruction du 2è cabinet qui s’opposait à sa libération provisoire.

On peut constater à la lecture de cette décision de la haute juridiction portant mise en liberté provisoire que tout comme la chambre d’accusation, on a pris du recul pour apprécier à sa juste valeur le dossier.

Depuis lundi dernier, le droit a été à nouveau dit ; même s’il n’a pas été encore jugé sur le fond.

Il faut préciser que le lundi 25 juillet 2011, après une audition d’un juge du 2è cabinet d’instruction près le tribunal de 1ère instance de Cotonou, le président de la Fbf, accusé de malversation de fonds dans l’affaire Mtn, a été déposé. Ce réseau opérant dans le Gsm avait signé à la veille de la Can Ghana 2008 un contrat de 300 millions de francs avec la Fbf. Le contrat s’étend sur trois ans et vise à appuyer l’équipe nationale de football, les Ecureuils. Ledit contrat a été géré conjointement par la fédération et le ministère.

Le président de la Fbf a commencé ses dépositions le 1er févier 2011 par la brigade économique et financière (Bef) suite à la plainte déposée par certains de ses membres démissionnaires de la Fédération. La Bef, après avoir auditionné certains de ceux qui sont soupçonnés dans le dossier, l’a transmis au parquet. C’est après que le dossier de Anjorin Moucharafou a atterri sur la table  du juge d’instruction du 2è cabinet. Sa comptable aussi a été écoutée par le juge mais a été relaxée par la suite.

Il reste à espérer que cette décision de mise en liberté provisoire  relance le sport roi qui était au bénin dans une léthargie  sans pareil non seulement du fait de la crise et surtout en raison de l’incarcération de son président.

Laurent Akouèyikou

Publié dans Actualité

Commenter cet article