Après avoir copié les présidents Ivoirien et Burkinabè au ministère de la défense : Et si Yayi publiait ses biens à l’instar du Nigérien ?

Publié le par L'informateur

Le nouveau président de la République sœur du Niger vient de rendre publics ses biens. Dans les moindres détails, jusqu’aux antennes paraboliques. Un geste qui va au delà de l’hypocrite tradition béninoise qui veut que le chef de l’Etat, en rentrant dans ses fonctions, doit juste déclarer ses biens sous un pli fermé. Au Bénin donc, on se cache derrière le fait que la loi n’a jamais demandé de publier les biens du président de la République. Soit. Mais lorsqu’on prône la bonne gouvernance, on ne doit pas hésiter lorsque des initiatives non contraires aux textes en vigueur peuvent permettre de prêcher par l’exemple.

Entre le président béninois Boni Yayi et son homologue nigérien fraîchement venu au pouvoir Issoufou Mahamadou, qui s’affiche véritablement en modèle lorsqu’on veut faire allusion au sommet à la bonne gouvernance ? Difficile de répondre à cette question. Encore que comparaison n’est pas toujours raison.

En définitive, sans qu’on ne puisse affirmer que ces chefs d’Etat rivalisent en imagination pour tenter de donner le bon exemple afin que leur peuple respectif puisse suivre, il est tout de même constant que chacun d’eux, dans sa sphère, pose des actes dans le sens de la bonne gouvernance.

Ainsi donc, le Béninois a initié une loi sur la corruption et les infractions connexes. Cette loi a même été vulgarisée par les ministres et autres cadres à la présidence en début de cette année. Avec la crise née récemment dans le secteur de l’éducation, la chaîne nationale de télévision a été obligée de diffuser en bande que le chef de l’Etat n’a jamais perçu un copeck en guise de salaire depuis 6 ans qu’il est assis dans le douillet fauteuil présidentiel. Il a été même dit que Boni Yayi n’a jamais utilisé le véhicule présidentiel c’est-à-dire qu’il ne se déplace qu’avec son propre véhicule depuis qu’il est au pouvoir. Ce sujet fait encore objet de polémique au sein des populations béninoises.

De l’autre côté, soit dans le pays frontalier du côté nord-est, le nouveau président a, semble-t-il, frappé fort. Issoufou Mahamadou a choisi de publier ses biens. Et sur la liste détaillée, rien n’a été laissé au hasard, même les postes téléviseurs. En effet, depuis le 06 avril dernier, le président Nigérien conformément à l’article 51 de la constitution de son pays a rendu public son patrimoine. Dans le même temps l’article 52 alinéas 2et 3 stipulent : « ils sont tenus lors de l’entrée en fonction et à la fin de celle-ci de faire sur l’honneur une déclaration écrite de tous leurs biens et patrimoine adressée à la chambre des comptes de la cour suprême. »

Un récapitulatif sommaire donne une idée exacte de l’ensemble de ses biens. Des parcelles de terrain aux terrains bâtis dans les grandes villes du Niger, la déclaration de biens est très explicite. Aussi on peut remarquer la citation des cabris et autres appareils électroménagers. Plus encore, son patrimoine à l’extérieur n’a pas été oblitéré, pour parler des comptes en France. C’est dire que le moindre détail n’a pas été oublié dans cette déclaration qui force admiration quant à la volonté de transparence de la démarche du leader Nigérien.

La présente donne du président Nigérien permet au simple citoyen d’avoir un droit de regard sur la richesse matérielle du président de la République.

Par ailleurs aucune contestation ne peut être faite sur l’accroissement du patrimoine du chef de l’état suite à  son exercice du pouvoir. A condition qu’après l’expérience au sommet, qu’il publie à nouveau la liste de ses biens. Ce qui permettra de le placer au dessus des soupçons de malversation et de corruption.

Au demeurant, le président nigérien s’est acquitté d’un devoir constitutionnel. On peut dire que le nôtre n’a pas été aussi contraignant. Mais pour un chef d’Etat qui ne perçoit pas de salaire et qui utilise son propre véhicule, l’exercice ne doit pas être harassant. Il n’aura pas non plus violé la Constitutionnelle. Au contraire, il pourra alimenter positivement le débat sur la révision de la Constitution. A savoir qu’il y soit explicitement mentionné qu’avant d’entrer dans ses nouvelles fonctions, le chef de l’Etat doit rendre publics ses biens.

Oswald S. DOSSEY

Déclaration du patrimoine du président du Niger

Conformément aux dispositions de l'article 51 de la Constitution, le Conseil constitutionnel de Transition, en son audience solennelle tenue, le 6 avril 2012 au palais dudit Conseil, sous la présidence de Madame Salifou Fatimata Bazeye, la mise à jour de la déclaration sur l'honneur des biens de Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République.

 

(Lire ci-dessous l'intégralité du procès verbal de la Conseil Constitutionnel de Transition).

 

PROCES - VERBAL

 

L'An deux mil douze ; Et le dix huit avril ;

V

u le procès-verbal portant déclaration des biens de Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République en date du 14 avril 2011 ;

 

Le Conseil constitutionnel de Transition, en son audience solennelle tenue au palais dudit Conseil, sous la présidence de Madame Salifou Fatimata Bazeye, a examiné, conformément aux dispositions de l'article 51 de la Constitution, la mise à jour de la déclaration sur l'honneur des biens en date du 6 avril 2012 de Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République ;

 

I. Sur les biens déclarés

A.) Biens immobiliers :

 1°) Foncier bâti

 A Niamey

- Une (1) maison d'habitation en matériaux définitifs sise sur un terrain d'une superficie de 1.000 m², objet du titre foncier n° 15471, lotissement Issa Béri, îlot 1884, parcelle H, construite en 1988, d'une valeur de trente cinq millions (35.000.000) de francs CFA (expertise 2002) ;

- Une (1) maison d'habitation en matériaux définitifs sise sur un terrain d'une superficie de 1.000 m², objet du titre foncier n° 10391, lotissement Issa Béri, îlot 1872, parcelle C, acquise en 2009 d'une valeur de cent dix millions (110.000.000) de francs CFA ;

- Une (1) maison d'habitation en matériaux définitifs sise sur un terrain d'une superficie de 1.000 m², objet du titre foncier n° 5155, lotissement plateau, îlot 225, parcelle P. acquise en 2010, d'une valeur de cent vingt millions (120.000.000) de francs CFA ;

 

A Tahoua

- Une (1) maison d'habitation en matériaux définitifs sise sur un terrain d'une superficie de 786 m², objet du titre foncier n° 7829, lotissement zone résidentielle, îlot 61, parcelle B 6, acquise en 1995, d'une valeur de vingt millions (20.000.000) de francs CFA ;

- Une (1) maison d'habitation en matériaux définitifs sise sur un terrain d'une superficie de 800 m2, lotissement zone résidentielle, îlot 61, parcelle C, acquise en 2011, d'une valeur de quatorze millions (14.000.000) de francs CFA ;

 

A Illéla

- Une (1) maison d'habitation en matériaux définitifs sise sur un terrain d'une superficie de 1.500 m2, Parcelles A et B, lotissement Diarra Moïse, îlot 5, dont la procédure d'établissement du titre foncier est en cours, construite en 1985. d'une valeur de vingt millions (20.000.000) de francs CFA ;

- Une (1) maison d'habitation en matériaux définitifs sur le même terrain, dont la procédure d'établissement du titre foncier est en cours, construite en 2011-2012, d'une valeur de cent vingt huit millions trois cent quarante huit mille deux cent soixante trois (128.348.263) de francs CFA ;

 

A Dan Dadji

- Une (1) maison d'habitation en matériaux définitifs sise sur un terrain d'une superficie de 1.000 m2, construite en 2010, d'une valeur de quarante millions (40.000.000) de francs CFA ;

-Réhabilitation de la maison de Dan Dadji et construction d'un mur de clôture, d'une valeur de trente deux millions cinq cent sept mille cinquante (32.507.050) de francs CFA ;

 

2°) Foncier non bâti

A Niamey

- Une (1) parcelle C d'une superficie de 400 m² sise lotissement Cité des Députés, îlot 6971, acquise en 2002, d'une valeur de huit cent mille (800.000) francs CFA ;

- Une (1) parcelle B d'une superficie de 1.000 m² sise lotissement Issa Béri, îlot 1884, acquise

en 2002, d'une valeur de vingt millions (20.000.000) de francs CFA ;

 

A Tahoua

- Une (1) parcelle I d'une superficie de 3.000 m² sise lotissement Route de Konni, îlot 2081, acquise le 23/12/2009, d'une valeur de trois millions (3.000.000) de francs CFA ;

- Un (1) terrain d'une superficie de 1.760 m² sis lotissement Route Agadez Ex Barrière, îlot 668, parcelles F, G, H et I, acquises le 7 mars 1995, d'une valeur de dix millions (10.000.000) de francs CFA;

- Un (1) terrain d'une superficie de 4.000 m² sis lotissement Route d'Agadez, îlot 2007, parcelles A, B, C, D, E, F. G. H. I et J, acquises le 23/12/2009, d'une valeur de quatre millions (4.000.000) de francs CFA ;

-Un (1) terrain d'une superficie de 1.760 m² sis lotissement Route Agadez Ex Barrière, îlot 668, parcelles F, G, H et I, acquises le 7 mars 1995, d'une valeur de dix millions (10.000.000) de francs CFA clôturé à seize millions cinq cent quarante huit mille soixante (16.548.060) francs CFA ;

 

A Illéla

- Un (1) terrain d'une superficie de 2.800 m² sis lotissement zone Faisceau, îlot 325, parcelles A, D, F, G, H, I et J, acquises en 2006, d'une valeur de trois cent cinquante mille (350.000) francs CFA ;

 

A Birni N'Konni

- Un (1) terrain d'une superficie de 400 m² sis lotissement Kaoura, parcelles C et D, acquises en 2006, d'une valeur de deux cent quatre vingt dix mille (290.000) francs CFA ;

- Un terrain d'une superficie de 4.780 m² sis lotissement Kaoura, parcelles A et O, acquises en 2006, d'une valeur d'un million trois cent soixante cinq mille (1.365.000) francs CFA ;

 

A Doutchi

- Une (1) parcelle G, d'une superficie de 1.000 m², îlot 316, acquise le 19/08/1991, d'une valeur de cinq cents mille (500.000) francs CFA ;

 

A Dan Dadji

- Un (1) terrain d'une superficie de 20.000 m², non loti, acquis en 2004, d'une valeur de huit cent mille (800.000) francs CFA ;

- Un (1) champ d'une superficie de 6 ha. acquis en 2000, d'une valeur de quatre vingt mille (80.000) francs CFA ;

- Un (1) champ d'une superficie de 3 ha, acquis en 2000, d'une valeur de soixante dix mille (70.000) francs CFA ;

 

A Guidan Karo (Illéla)

- Un (1) jardin d'une superficie de 2 ha ;

 

B. Biens mobiliers

1°) Meubles, meublants et assimilés

- Dix (10) salons comprenant chacun un canapé et quatre (4) fauteuils;

-Trois (3) tables à manger plus 6 chaises ;

- Vingt (20) lits ;

- Douze (12) armoires ;

- Quatre (4) tables vitrées ;

- Soixante quatre (64) chaises.

2°) Electroménager

- Quatorze (14) réfrigérateurs, d'une valeur de huit millions quatre cent mille (8.400.000) F CFA

- Deux (2) fours micro-onde, d'une valeur de huit cent mille (800.000) francs CFA ;

- Cinq (5) cuisinières d'une valeur d'un million deux cent mille (1.200.000) francs CFA ;

- Neuf (9) postes téléviseurs d'une valeur de quatre millions (4.000.000) de francs CFA ;

- Deux (2) antennes paraboliques ;

- Deux (2) congélateurs ;

3°) Véhicules

- Un véhicule de marque Toyota, immatriculé 8 H 9306 RN, acquis en 2010, d'une valeur de cinquante millions (50.000.000) de francs CFA ;

- Un véhicule de marque Toyota, immatriculé 8 H 9559 RN, acquis en 2010, d'une valeur de quarante cinq millions (45.000.000) de francs CFA ;

- Un véhicule de marque Range Rover, immatriculé 8 J 1945 RN, acquis en 2011, d'une valeur de vingt millions (20.000.000) de francs CFA ;

- Un véhicule de marque Toyota, immatriculé 8 E 1978 RN, acquis en 2008, d'une valeur de huit millions (8.000.000) de francs CFA ;

- Un véhicule de marque Toyota, immatriculé 8 E 7399 RN, acquis en 2004, d'une valeur de douze millions (12.000.000) de francs CFA ;

 

C. Situation Financière

- Compte n° 251110024371/92 domicilié à SONIBANK Niamey présentant un solde créditeur de quatre vingt dix sept mille neuf cent trente trois (97.933) francs CFA au 6 avril 2012 ;

- Compte n° 025110066742/53 domicilié à la BIA Niamey présentant un solde créditeur de trente trois millions sept cent six mille six cent cinquante neuf (33.706.659) francs CFA au 6 avril 2012;

- Compte n° 180818 E domicilié au Crédit Lyonnais Paris présentant un solde créditeur de neuf mille deux cent quatorze virgule quarante quatre (9.214,44) Euros au 30 mars 2012 ;

- Compte n° 00050006080 domicilié à la Société Générale Paris présentant un solde créditeur de six mille neuf cent cinquante un virgule cinquante (6.951,50) Euros au 5 avril 2012 ;

 

D. Animaux

- Deux (2) chevaux parqués à Niamey, d'une valeur de quatre cent mille (400.000) de francs FCFA ;

- Vingt (20) bovins parqués à Dan Dadji, d'une valeur de quatre millions (4.000.000) de francs CFA

 

II. Sur les écarts constatés entre la présente mise à jour et la précédente déclaration :

1. Biens immobiliers :

A Tahoua

Le terrain d'une superficie de 1.760 m² sis lotissement Route Agadez Ex Barrière, îlot 668, parcelles F, G, H et I, acquis le 7 mars 1995, d'une valeur de dix millions (10.000.000) de francs CFA. a été clôturé après la déclaration initiale pour un montant de seize millions cinq cent quarante huit mille soixante (16.548.060) francs CFA.

- A Illéla

Une maison d'habitation en matériaux définitifs sise sur les Parcelles A et B, lotissement Diarra Moise, îlot 5, construite en 2011-2012, d'une valeur de cent vingt huit millions trois cent quarante huit mille deux centre soixante trois (128.348.263) de francs CFA.

- A Dan Dadji

La maison d'habitation en matériaux définitifs sise sur un terrain d'une superficie de 1000 m2, construite en 2010, a été réhabilitée et clôturée pour une valeur de trente deux millions cinq cent sept mille cinquante (32.507.050) de francs CFA.

2. Biens mobiliers :

1°) Meubles, meublants et assimilés

Nouvelles acquisitions : cinq (5) salons, une (1) table à manger, quatre (4) lits, quatre (4) tables vitrées et soixante quatre (64) chaises.

2°) Electroménager

Nouvelles acquisitions: deux (2) réfrigérateurs, une (1) cuisinière, trois (3) postes téléviseurs et deux (2) congélateurs.

3. Situation financière :

Le compte n° 025110066742/53 domicilié à la BIA - Niamey qui était débiteur de deux millions sept cent quatre vingt mille trente deux (2.780.032) francs CFA est créditeur de trente trois millions sept cent six mille six cent cinquante neuf (33.706.659) francs CFA à la date du 6 avril 2012, soit une hausse de trente six millions quatre cent quatre vingt six mille six cent quatre vingt onze (36.486.691) francs CFA.

4. Animaux :

Nouvelles acquisitions : un (1) cheval et vingt (20) têtes de bovins.

 

III. Sur la transmission de la déclaration :

En application des dispositions de l'article 51 alinéa 3 de la Constitution, une copie de la déclaration sera transmise à la Cour des Comptes et aux services fiscaux.

 

IV. Sur les observations du Conseil :

Le Conseil demande au déclarant : de préciser la valeur du jardin d'une superficie de 2 ha sis à Guidan Karo (Illéla) ; de justifier les écarts constatés sur les biens immobiliers et le compte BIA.

De tout quoi, le présent procès-verbal est établi pour être signé du Président et du Greffier en Chef du Conseil constitutionnel de Transition et sera publié au Journal Officiel de la République du Niger et par voie de presse.

 

LE GREFFIER EN CHEF P.I

Publié dans Actualité

Commenter cet article