Agitations d’Attolou à la veille d’Ethiopie # Bénin : Les démons de la division et de la crise refont surface (Le chien aboie, la caravane passe)

Publié le par L'informateur

Les Ecureuils du Bénin sont à une semaine de leur match du premier tour des éliminatoires de la Can Afrique du sud 2012 ; c’est le moment choisi  par certains détracteurs et ennemis du football béninois pour se lancer dans un déballage antipatriotique.

Certains individus malintentionnés et mus par un esprit retord et antipatriotique agite depuis quelques heures un communiqué allant dans le sens de la déstabilisation du football béninois qui se remet difficilement sur les rails. Plus grave, ils ont choisi la veille du match Ethiopie # Bénin pour réveiller leurs intentions belliqueuses de ressasser leur défaite indigeste depuis les décisions de la Caf, de la Fifa, du Tas et de l’Etat béninois.

Victorin Attolou, à travers un communiqué qu’il a signé (la qualité reste à définir), prétexte de la mauvaise organisation du championnat de transition pour jeter du discrédit sur tout ce qui se met en place pour la relance du football béninois. Dans ses accusations, il touche non seulement le championnat mais aussi les joueurs convoqués pour le match Ethiopie # Bénin. Ils jouent autant sur ce qu’ils appellent le retard d’homologation des matches du championnat que sur les subventions accordées aux équipes engagées dans le championnat de transition, par l’Etat béninois à travers le ministère des sports pour jeter la pierre autant à la Fédération béninoise de football qu’au ministère de la jeunesse, des sports et loisirs.

 Manœuvres de déstabilisation

Quand on connait  l’auteur de ces allégations et qu’on voit le moment choisit pour lancer ces informations dans l’opinion publique, on se rend aisément compte du but visé. Déjà l’année dernière, à la veille du match des éliminatoires de la Can Gabon/Guinée-Equatoriale 2012, la même bande était montée au créneau pour empêcher la préparation sereine des Ecureuils. Les résultats sont là. Aujourd’hui encore ils ont repris leur sale besogne. C’est donc une manœuvre de déstabilisation de la préparation des Ecureuils. Même le simple fait d’animer cette campagne de déstabilisation dans l’opinion peut aller à l’avantage de nos adversaires, les Ethiopiens qui trouveront une juste occasion de se doper le moral.

A l’analyse, soit ils ont peur que les bannis rappelés ne viennent faire la différence, soit ce sont des nostalgiques de la crise, ou bien ils gagnent quelque chose à mettre du désordre et à torpiller les efforts de reconstruction et de relance du football béninois. Si non, comment ne pas saluer tout au moins le match nul concédé par les Nigériens sur leurs propres installations face à Tonnerre Fc le week-end écoulé ?

Les ennemis du football démasqués

On le voit bien, les ennemis du football béninois se démasquent eux-mêmes. On ne peut comprendre que ce soit maintenant qu’ils agitent leur ressentiment de mauvais perdants. Leur intention est claire, saboter la préparation de l’équipe nationale. Le peuple béninois est désormais averti. Il sait, à l’avance, les responsables éventuels des déconvenues de son équipe. Leurs mièvreries actuelles ne sont donc que la conséquence d’une mauvaise déglutition de la défaite devant toutes les instances de décisions et de recours qu’ils ont eux-mêmes sollicités durant la crise.

José MANUEL

Publié dans Sport

Commenter cet article