Affaires Icc-services : Gbènameto dévoile la liste des trop-perçus la semaine prochaine

Publié le par L'informateur

Le procureur de la République près le tribunal de 1ère instance de Cotonou, détient les noms des ayants trop-perçus dans les structures de placement illégal d’argent. Il a sommé ces derniers de rembourser les bénéfices de leur opération il y a de cela un mois dans un compte au trésor public. Cette semaine, après la sommation, l’autorité passe à une vitesse supérieure. C’était au cours d’un point de presse animé hier au tribunal de Cotonou.

Justin Gbènameto, procureur de la République près du tribunal de première instance de Cotonou reste en phase avec ses idées. Il affiche toute sa détermination à aller au bout de la nébuleuse des trop-perçus. Pour lui, ceux qui ont bénéficié des trop-perçus sont aussi coupables que les Akplogan et Tegbessou. « Ceux qui ont perçu les bénéfices dans l’affaire Icc-services seront poursuivis pour recel d’escroquerie aussi bien que les commanditaires dans cette affaire. » a-t-il laissé entendre.

Pour ce faire un point de presse a été animé hier avec les hommes de média. Au cours de cette rencontre, le procureur à  échanger avec les journalistes sur la conduite qu’il entend prendre sur ce dossier. Pour mémoire : il y a de cela un mois, le procureur dans une interview exclusive à votre journal a laissé entendre qu’il donnera une suite à l’affaire Icc-services pour le bonheur des populations lésées : « J’invite la population à prendre patience. S’ils ont des dénonciations de venir nous en informer. Nous demandons également aux promoteurs de faire l’effort de nous envoyer les listes. C’est dire que si nous faisons les recouvrements, il n’y a pas de raison que le payement des déposants ne soit pas programmé. »

C’est donc dans la droite ligne de solutionner I’ équation Icc-services que le procureur sort sur le plan médiatique. Mais ceci ne présage rien de bon pour les arnaqueurs modernes que sont les initiateurs de cette vaste escroquerie. Les têtes pensantes sont derrières les barreaux depuis bientôt deux mois. Seulement, ils sont réticents à collaborer avec l’appareil judiciaire. D’où leur transfert dans des prisons de Natitingou et Kandi. La vente de leurs bien n’a pas suffit à éponger le gouffre financier qu’ils ont crée. Le procureur de la République près du tribunal de première instance de Cotonou a hérité d’un dossier épineux qu’il gère avec dextérité depuis des mois. Puis que le recouvrement des trop-perçus donne des résultats « Un exemple, il y a quelqu’un qui est allé payer 20 millions au trésor public dont voici le reçu » a-t-il élucidé.

Oswald S. DOSSEY

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article