Affaire vente de manuels scolaires à l’Epp Hlazounto : « Un montage grotesque », selon Jeanne Atchadé

Publié le par L'informateur

Dans notre parution  d’hier,  mercredi  24 novembre 2010, nous avons fait cas d’une affaire   relative à la  vente de manuels scolaires au Complexe Hlazounto sis au quartier Agla à Cotonou. Sous le titre ‘’Vente frauduleuse de manuels scolaires à l’Epp Hlazounto : La Directrice du Groupe B Jeanne Atchadé épinglée par l’Olc’’, nous avons relaté  comment est ce que  des manuels  interdits à la vente  sont commercialisés au Complexe  scolaire Hlazounto.  Quelques heures  après la publication  de cette nouvelle, la  Directrice Groupe B  du Complexe  scolaire Hlazounto  dont le nom est fortement  cité, a  donné   sa part de vérité.  Pour dame Jeanne Atchadé, la scène organisée  mardi dernier par certains enseignants  de  l’Epp Hlazounto et Jean Batiste Elias  de l’Observatoire de lutte contre la corruption (Olc) est un pur montage pour nuire à sa personne. Elle parle d’une vente illégale  de manuels scolaires pilotée par certains enseignants de  l’Epp Hlazounto. Des enseignants  qui n’auraient  même pas fait  tout le point  financier à  leur  administration. ‘’…Le Ddemp a intimé l’ordre aux enseignants  qui ont gardé  par devers eux les  sous des manuels scolaires,   de faire le point. Ils n’ont pas fait tout le point…’’, a indiqué  Jeanne Atchadé.

Pour ce qui est de la scène  proprement dite du mardi dernier, dame Jeanne Atchadé  déclare : ‘’J’étais au centre de  dépouillement à la circonscription scolaire,  quand on m’a dit qu’il y a des inspecteurs qui sont arrivés pour une visite de classe.  J’ai couru avec ma seconde et nous nous sommes rendues  à l’école. Dans notre déontologie, aucun inspecteur n’a le droit de rentrer dans une classe, lorsque le directeur est absent.   Mais le maître Elias Jean-Baptiste tout -puissant est rentré dans la classe et  a commencé  par poser des questions aux maîtres. Comme si  je suis la bête à abattre,   ils ont fait ce qu’ils voulaient avant mon arrivée.  Je suis arrivée,  j’ai  vu Elias Jean-Baptiste et je l’ai salué.  Il m’a dit de  rester-là,  tout comme si dans mon bureau,  il m’a pris en otage.  Il a commencé devant moi par passer de classe en classe pour poser des questions aux enfants.   Il est revenu avec ses acolytes  et  ils m’ont tendu un papier pour me dire de répondre aux questions. J’ai répondu aux questions. Ils  m’ont  tendu encore une feuille pour me dire d’écrire. Mais en fait,  je n’ai pas détourné des milliards. Je n’ai rien fait.  On  a dit que j’ai vendu des livres. Vous pouvez vous renseigner.  Il  y a des parents qui donnent de l’argent et qui disent   de les aider à acheter de fournitures aux enfants. Il y a même parmi les élèves qu’ils ont montés contre moi, des enfants  qui n’ont pas payé les frais de dossiers. J’ai dû débourser moi-même  de l’argent pour payer les frais de dossiers de ces enfants. On a monté tous ces enfants contre moi pour dire que  j’ai pris si ou j’ai pris ça…’’.

Somme toute, dame Jeanne Atchadé dit ne pas être concernée par une vente illégale de manuels scolaires à l’Epp Hlazounto.  Elle est soutenue dans ses déclarations par  le président du bureau de  l’Association des parents d’élèves, M. Hounkpè Sagbo Léon Dieudonné qui parle aussi d’un montage grotesque.   

Parfait BOCO

Publié dans Société

Commenter cet article