Activité d’égrenage du coton en 2011-2012 : Yayi écarte Martin Rodriguez

Publié le par L'informateur

Le chef de l’Etat a écarté, dès lors, le Groupe Marlan’s de Martin Rodriguez de la campagne cotonnière  2011-2012. L’usine Mci de l’opérateur économique béninois ne peut pas participer à l’égrenage du coton de la saison en cours.  

 

Les relations entre le président Boni Yayi et l’homme d’affaire Martin Rodriguez ne sont plus au beau-fixe.  Cet opérateur économique, connu dans le secteur cotonnier, n’a plus droit au chapitre au sujet de l’or blanc. Le chef de l’Etat a pris ses distances vis-à-vis du  patron du Groupe Marlan’s. Il est interdit, en tout cas,  à Mci d’égrener le coton de Nikki.

 En effet, le directeur général de la Société de développement du coton (Sodeco) a expliqué que l’usine Mci n’est pas prise en compte cette année. Parlant au nom du gouvernement, Soumanou Moudjaïdou n’entend pas voir le Groupe Marlan’s égrener le coton béninois.

«Mci ne participe pas à la production, à l’encadrement et au financement  du coton. Lorsqu’il s’agit de l’encadrement et du financement, on ne le voit pas. Lorsque le coton est mûr et le prix est bon sur le marché international, Mci vient pour participer à l’égrenage. Les gens ont souffert pour la production. Le même démon est en train de venir dans le  mécanisme. Et concernant la situation à Nikki, les forces de l’ordre sont allées  instaurer la légalité dans le cadre de  l’accord cadre.  L’Etat, en tant que garant de la légalité, les a envoyées pour sauvegarder l’intérêt des populations  et éviter la catastrophe », a martelé  Soumanou Moudjaïdou sur Golfe Tv hier.

Le Dg/Sodeco a été on ne peut plus clair. Selon lui, Martin Rodriguez a disparu depuis des années. Et comme à l’accoutumée, le Pdg de Marlan’s n’a pas participé à la souffrance des producteurs en fiançant la production de l’or blanc. Il n’est pas question qu’il vienne à la fin pour bénéficier des fruits  du labeur des autres. 

En clair, l’usine Mci ne va pas égrener le coton de Nikki au grand dam des jeunes, des femmes et des vieux. Les populations  veulent que cette usine ouvre ses portes pour le bonheur des jeunes chômeurs de la localité. Les producteurs sont prêts à approvisionner le Groupe  Marlan’s pour générer des emplois à leurs progénitures. Maintes fois ils ont émis le vœu, et autant de fois,  Boni Yayi leur a promis l’ouverture de Mci. 

Les promesses électorales n’engagent que ceux qui y croient, dit-on. La preuve est que le président de la République a envoyé, samedi 26 novembre, une armada de gendarmes et de militaires encercler l’usine de Martin Rodriguez à Nikki. La mission est simple. Ils vont empêcher les producteurs d’envoyer le coton à Mci  ou  de le vendre au Nigéria. Une militarisation de la ville qui monte l’adrénaline des populations. La tension est invivable dans ce royaume du département du Borgou/Alibori.

L’écartement de Mci de l’égrenage du coton de 2011-2012 témoigne de la détérioration des relations entre Boni  Yayi et Martin Rodriguez. Pourtant, les rapports entre les deux hommes ont été les  meilleurs au début du premier quinquennat du successeur de Mathieu Kérékou. En voulant relancer le coton béninois, le chef de l’Etat a sorti des sous du trésor public pour payer les dettes du Groupe Marlan’s. Martin Rodriguez a été l’un des hommes d’affaire chéris de Boni Yayi. Mais tout cela est du passé.

 

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Commenter cet article