Abandon du chantier de construction de la voie Tori-Ouidah : Ali Karoubi de Yamen Bénin veut filer en douce

Publié le par L'informateur

Les travaux de construction et de bitumage de la route Ouidah-Tori Bossito longue de moins de 20 kilomètres sont toujours en souffrance. Pis, selon nos sources les travaux ont été bloqués. On parle désormais d’abandon définitif du chantier. Et comme si cela ne suffisait pas, le patron de Yamen met les petits plats dans les grands pour filer en douce. Disparaître du Bénin pour une destination inconnue. Ali Karoubi est en train de faire ses adieux au Bénin. Et pour cause ! Elissa Méga Store, la section électroménagère de Yamen a changé de nom. Le grand bâtiment qui sert pour les appareils électroménagers aurait été cédé à un opérateur Gsm. Nos sources indiquent que cette section s’appelle désormais Planète.

Par ailleurs, Btp Yamen Bénin toujours du libanais Ali Karoubi qui a gagné le fameux marché de construction de la bretelle Ouidah-Tori est tellement en difficulté que de plus en plus, sa fermeture est imaginée pour avoir la paix. Que dire de l‘activité de vente de véhicules sur les parcs ? C’est le comble. En tout cas les créanciers qui suivent de très près le mouvement de l’homme d’affaires libanais ne se font pas prier pour saisir à la volée tout ce qui peut encore l’être dans les magasins de l’entreprise de construction de route.  Mais la situation est notamment préoccupante au niveau des banques. Elles ont des difficultés pour mener des actions efficaces en revendication simplement parce que Elissa Mega Store n’existe plus. Et Planète n’a contracté aucun prêt auprès de ces institutions financières. Que faut-il faire ?

Selon des proches de Ali Karoubi, il ne devrait pas y avoir de difficulté si l’avenant de 2 milliards de francs promis par l’Etat béninois avait été versé.

En effet, il se dit qu’il est promis cette enveloppe à verser à l’entreprise pour lui permettre d’avancer. Mais depuis, plus rien.

Doit-on conclure que les nombreuses visites de chantiers effectuées par le Président Boni Yayi et les menaces répétées qui ont suivi ces descentes n’ont pu faire avancer la route pour le bonheur des populations.

Faut-il le rappeler, à la faveur d’une  de ses descentes sur ce chantier en mai 2011, le Chef de l’Etat, le Dr Boni Yayi s’entretenant avec le responsable de l’entreprise Yamen qui a fini par répondre à l’appel du Président de la République, avait indiqué qu’il avait fait prendre au ministre Nicaise Fagnon un engagement notarié par rapport à cette voie avant qu’il n’aille à l’Assemblée Nationale. La question se pose également de savoir quelles sont les diligences mises en place par le successeur de Fagnon, à savoir Lambert Koty pour que la route soit.

Le ministre Lambert Koty accompagné de ses cadres est allé  sur le chantier en aout dernier. A cette date qui constituait le délai contractuel  au bout duquel l’entreprise Yamen en charge des travaux devait livrer la route bitumée, le ministre Lambert Koty a malheureusement constaté que le chantier accuse un grand retard. Au total, seulement 25% des travaux ont été exécutés. Pour justifier ce grand retard, le représentant de l’entreprise Yamen a évoqué des perturbations liées aux dernières pluies. Cet argument a été balayé du revers de la main par le représentant de la mission de contrôle qui impute le non achèvement des travaux à une mauvaise organisation de l’entreprise Yamen. Selon ses explications, la mission de contrôle a plusieurs fois invité les responsables de la société Yamen à mieux organiser le travail et à respecter les calendriers. Mais cela n’a jamais été le cas. Le ministre Lambert Koty s’est   s’engagé à étudier avec ses collaborateurs les alternatives qui s’offrent à la lecture du marché qui lie l’entreprise Yamen à l’Etat béninois avant d’agir. Les études n’ont-elles plus été faites ?

Laurent Akouêyikou

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article