A l’ouverture de la retraite parlementaire à Parakou : Mathurin Nago répond à Candide Azannaï

Publié le par L'informateur

Attaqué par Candide Azannaï sur sa gestion de l’Assemblée nationale Mathurin Nago a répondu à son collègue profitant de l’ouverture de la retraite parlementaire à Parakou. C’est à boulets rouges qu’il a tiré sur Candide Azannaï dans son discours d’ouverture dont voici un extrait.

«( …) Je suis profondément surpris et choqué par la polémique soulevée par l’un de nos collègues, lors d’une émission télévisée au cours de laquelle, il a visiblement suscité et sollicité, certainement dans les coulisses, une question sur la vie parlementaire et principalement sur notre rencontre de Parakou. Car, il est évident que le sujet principal sur le PVI qui aboutit à une question sur la vie parlementaire laisse songeur et pantois. C’est cela le Bénin, notre pays et il faut malheureusement s’y habituer…. Je disais que je suis surpris de cette polémique inutile et artificiellement entretenue, à un double point de vue, juridique et intellectuel. Juridiquement, je voudrais m’interroger sur le fondement constitutionnel ou réglementaire qui fait de la retraite parlementaire une violation des lois et règlements qui régissent l’organisation et le fonctionnement du Parlement. Au plan intellectuel, il me plait de demander au collègue, de me fournir son appréciation sur les colloques, séminaires, ateliers et autres rencontres parlementaires qu’organise régulièrement l’Assemblée Nationale du Bénin depuis plusieurs législatures, sur des sujets et dossiers précis, afin de permettre aux députés de discuter et d’échanger des points de vue motivés avant l’enclenchement du processus législatif. A l’analyse, je me rends compte que l’expression « Retraite Parlementaire » n’étant pas du vocabulaire régulièrement et habituellement utilisé pour nos rencontres, a fait perdre la compréhension à notre collègue. Et comme l’obscurité fait perdre le sens de l’orientation, notre collègue s’est trouvé complètement perdu. Je voudrais donc l’inviter à se rapprocher des autres députés pour alimenter sa lanterne intellectuelle afin de continuer à contribuer efficacement au travail parlementaire pour lequel nous sommes tous élus… »

Geoffroy WUSA

Publié dans Actualité

Commenter cet article