2ème sortie gigantesque du Front pour la défense de la démocratie : Marée humaine dans les rues de Cotonou pour réclamer l’arrêt de la Lépi

Publié le par L'informateur

Les rues de Cotonou étaient  à nouveau noires de monde,  hier,  jeudi 04 novembre 2010. A l’origine de cette géante mobilisation,  une marche  organisée par le  Front pour  la défense de la démocratie (Fdd),  pour exiger un arrêt dans le processus de réalisation de la Liste électorale permanente et informatisée (Lépi). Pour une deuxième fois, les membres,  les militants et les sympathisants du Fdd, ont battu le pavé,  pour dénoncer les irrégularités relevées dans la réalisation de la Lépi et réclamer un arrêt pour une reprise du processus dans les meilleures conditions,  après les élections présidentielles et législatives  de 2011. Et comme à l’accoutumée, le mouvement d’hier a  drainé du monde. Forces  politiques de l’opposition regroupées au sein de l’Union fait la nation (Un), membres de la société civile, partis et mouvements pour la liberté et l’équité au Bénin, ont envahi  les rues pour protester contre la manière par laquelle se réalise actuellement la Lépi au Bénin.  

Partis du quartier Akpakpa et de la Place de l’Etoile rouge à Cotonou,  les manifestants scindés en deux groupes, avec à leurs têtes les leaders de l’Union fait la nation,  se sont rejoints pour  manifester une fois encore leur désapprobation face à la manière dont se réalise la Lépi.  Scandant des slogans hostiles au gouvernement, à la Commission politique de supervision de la Lépi (Cps/Lépi)  et aux partenaires techniques et financiers,  ils ont marché  sur plusieurs kilomètres, avant de se rendre respectivement au siège de l’Union européenne et à la Préfecture de Cotonou. Et comme on pouvait s’y attendre, les choses ont été beaucoup plus sérieuses à ces deux niveaux là. Par la voix de leur porte-parole, les forces coalisées du Fdd sont revenues sur les agissements du pouvoir, de la Cps/Lépi et des partenaires techniques et financiers pour élaborer et faire passer une Lépi ‘’bâclée’’, ‘’tronquée’’ et ‘’truquée’’.  Elles ont dénoncé le flou qui entoure la réalisation de la Lépi, avant d’appeler les partenaires techniques et financiers à prendre en compte leurs observations. ‘’Nous ne sommes pas contre la Lépi, mais plutôt contre la manière dont elle se réalise. Nous demandons l’établissement d’une Lépi transparente et consensuelle. Nous  exigeons  alors l’arrêt du processus pour sa reprise dans les meilleures conditions, après les élections‘’, lit-on dans la motion des manifestants.

Il faut préciser que la marche d’hier a enregistré la participation de plusieurs barrons de la scène politique. On y notait la présence des leaders de l’Un tels qu’Amoussou Bruno, Adrien Houngbédji, Léhady Vinagnon Soglo et autres. Les jeunes militants et sympathisants de l’Un étaient également de la partie. Sans oublier les députés à l’Assemblée nationale Janvier Yahouédéhou et Wallys Zoumarou qui se sont fait remarquer.

Parfait BOCO

 

 

Janvier Yahouédéhou aux côtés du Fdd

A la marche de protestation contre la Lépi organisée hier  par le Front pour la défense de la démocratie (Fdd), on notait la présence remarquable du député à l’Assemblée nationale Forces cauris pour un Bénin émergent, originaire  de Covè, Janvier Yahouédéhou. L’homme était  aux côtés de l’Union fait la nation (Un), la société civile  et autres partis et mouvements pour la liberté et l’équité au Bénin, pour protester contre la manière dont se réalise la Lépi. Une attitude qui confirme la volonté du député à  en  découdre définitivement avec  les partisans du ‘’faux’’. Point n’est besoin de revenir sur les observations pertinentes faites par Janvier Yahouédéhou dans le cadre du dossier des machines agricoles. Aujourd’hui, l’homme se met aux côtés du Front pour la défense de la démocratie pour réclamer une Lépi transparente et consensuelle.

Parfait BOCO

 

Publié dans Politique

Commenter cet article