Fête de la Tabaski au Bénin : Les musulmans ont fêté dans la paix

Publié le par L'informateur

Célébrée sur toute l’étendue du territoire, la fête de tabaski est un grand évènement et un acte de foi  dans la vie d’un musulman. Les manifestations se sont déroulées dans la paix en dépit de la crise alimentaire.

 

« Quelque soit la physionomie  du mouton, la cérémonie aura lieu. » dit-on. En effet, la fête de la tabaski rappelle aux musulmans le sacrifice qu’avait fait le serviteur Abraham comme le lui avait demandé Allah, le miséricordieux. Pour la petite histoire, Dieu demanda à Abraham de lui sacrifier son unique fils. Le père de la foi a obéi à la volonté de Dieu qui au lieu de le laisser sacrifier son fils, lui donna en lieu et place un mouton. C’est donc pour célébrer cet acte de foi que des millions de musulmans se réunissent de par le monde. La fête est célébrée au cours du deuxième mois lunaire  qui coïncide avec le mois de pèlerinage à la Mecque.

Un geste accompli tous les ans, la fête de tabaski démarre le matin après l’appelle du muezzin par une prière d’adoration à la place Idi.  Au cours de ladite prière chaque musulman demande des grâces auprès d’Allah, le miséricordieux. Ensuite, l’imam procède à l’immolation du mouton et invite chaque fidèle à faire de même dans sa maison.

Selon Mohamed, un fidèle musulman, «le mouton ainsi immolé devra être partagé en trois parties : une part pour la consommation du jour, une autre à partager aux voisins et personnes démunies et la troisième part pour la maison.»   

Comme à l’accoutumée, les fidèles musulmans qui ont massivement fait le déplacement vers la place Idi, n’ont pas manqué de prier pour le Chef de l’Etat et pour la paix dans notre pays.

La fête s’est déroulée dans le calme, la paix  et la joie de pouvoir poser cet acte de foi malgré les difficultés économiques.  

 

Difficulté de s’offrir un mouton   

Chaque année et du fait de la cherté de la vie, les fidèles musulmans ont de plus en plus du mal à s’acheter un mouton pour célébrer la fête de la tabaski. A preuve, le mouton qui se vendait à 25.000 ou 30.000 F par le passé, coûte de nos jours sur le marché, 100.000 ou 120.000 F. Il est donc une évidence que l’achat d’un mouton n’est plus un jeu d’enfant. Et, de moins en moins de fidèles musulmans s’offrent ce luxe. Ceux qui sont ingénieux se mettent en groupe de cinq voire dix pour acheter le mouton à immoler.

Face à la désapprobation des acheteurs, certains vendeurs expliquent : « En amont, l’achat des moutons nous revient aussi très cher. A cela s’ajoutent les tracasseries routières qui nous coûtent les yeux de la tête. Par conséquent, nous ne pouvons par faire autrement que de vendre à ces prix afin de rentrer dans notre investissement. Nous n’avons aucun intérêt à vendre très chère la marchandise, alors que nous souhaitons vite vendre et rentrer à la maison.»

Au regard de ce qui se passe, des voies s’élèvent pour demander aux autorités la fixation du prix du mouton pour les années à venir, afin de donner la possibilité à la plupart des fidèles musulmans de s’acquitter de ce devoir.    

Amédée HOUENOUKOUN

Publié dans Actualité

Commenter cet article